La dette italienne inquiète les marchés financiers, l'Euro est sous pression baissière

Encore une fois l'agence standard & poor's émet une perspective négative, cette fois ci c'est sur l'Italie que tombe la nouvelle. En effet cumulant très forte dette et croissance faible au premier trimestre, S&P considère la situation italienne comme instable et donc sanctionne d'un avertissement.

 

Difficultés économiques

La croissance économique en Italie a été presque nulle au premier trimestre 2011, face au sursaut de la croissance française, le PIB italien ne s'est élevé que de 0,1% sur les trois premiers mois, là où celui de la Grèce gagnait 0,8%. L'institut de statistique italien a précisé récemment que la croissance italienne avait été la plus faible de 2001 à 2010 de la zone Euro...

Pour éviter dès à présent et pour réagir face au risque d'une hausse du taux long, le président Sylvio Berlusconi a annoncé peu de temps après, un plan de rigueur qui se mettra en place dès Juin. Celui ci se chiffre entre 35 et 40 Milliards d'Euros. La crainte d'un abaissement réel de la note a réussi à faire tressaillir le gouvernement qui souhaite montrer au monde qu'il tient encore en main les rennes du budget de son pays.

 

Un risque colossal pour la zone euro

Bien entendu, l'Italie n'est ni la Grèce ni le Portugal, le risque d'un évènement de crédit est donc assez faible. Et même si la note Italienne est à 5 positions de la note maximale, elle est tout de même située 6 niveaux au dessus des notes dites spéculatives. Le problème c'est que si l'Italie tombe dans une débâcle telle on peut la constater en Grèce, ni les membres de la zone euro ni même le FMI seront en mesure de sauver la situation. Bien entendu, ce type de situation reste encore largement écarté mais pour un pays qui dispose d'une des dettes les plus imposante au monde et dont le seuil d'endettement dépasse les 119% de PIB, il faut rester vigilant.

 

Un risque à nuancer

Il y a une différence majeure qui sépare la dette italienne de la dette des autres pays méditerranéens, la dette italienne est détenue à plus de 60% par des italiens. Ainsi, les effets spéculatifs seront beaucoup plus faibles en cas de dégradation de la situation et accessoirement de la note. Par exemple, à l'annonce de la perspective négative par Standard & Poor's, les taux longs sont restés presque inchangés. La situation peut empirer, mais il semble beaucoup moins probable d'observer un crise italienne à la grecque.

D'autre part Standard & Poor's est la seule agence à avoir revu sa perspective de long terme, Moody's a rappelé qu'elle n'abaissera pas sa note et Fitch a estimé Lundi que Rome avait rempli ses objectifs et qu'il n'y avait par conséquent aucune raison d'abaisser la note.

En conclusion, on retient un pays qui piétine un peu mais qui n'est pas non plus au bord du gouffre, l'euro baisse en force mais c'est d'avantage la Grèce, l'Espagne et le Portugal qui inquiètent que l'Italie. Néanmoins, si par malheur les agences pouvaient justifier une dégradation cela serait économiquement dramatique pour l'Italie et aussi pour la stabilité de la zone euro.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "La dette italienne inquiète les marchés financiers, l'Euro est sous pression baissière"

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone