La dette grecque continue d’inquiéter les marchés financiers

Les agences de notation ont encore frappé, la semaine dernière c'est Standard & Poor's qui a dégradé la note de la dette grecque de BB- à B. La sentence n'a pas tardé à se faire sentir sur les cours, l'EUR/USD a plongé...

 

Un pays qui a mis le pied dans l'engrenage.

La Grèce est tombée dans une forme de cercle vicieux, de manière simple: plus les agences dégradent la note, plus les taux longs obligataires croissent. Plus les taux augmentent plus la dette coute cher. Plus elle est chère, plus il faut emprunter pour la couvrir. Il faut cependant accroitre la politique de rigueur ce qui abaisse le taux de croissance et donc qui incite les agences à dégrader.

Avec ce schéma simpliste on voit assez bien que la Grèce aura sensiblement du mal à s'extraire de l'ornière dans laquelle elle s'enfonce. La note B attribuée par Standard&Poor's se situe déjà assez loin du AAA maximal. Pour prendre un exemple, un autre pays étant placé à B c'est le Liban. Cela signifie que la dette n'est plus très fiable à long terme.

 

Le gouvernement s'insurge face à l'agence

Athènes réfute cet abaissement qu'elle juge abusif. Depuis déjà le début de la crise, les agences de notation sont souvent mises à mal par les états. Le Portugal avait déjà porté plainte récemment contre celles ci. Elles sont accusées d'enfoncer les pays dans une spirale infernale. Ce qui paraît évident c'est qu'elles ont beaucoup de facilités à dégrader la note des pays(à force de le faire ça devient presque une habitude). Par contre pour prévoir les crises, on les voit moins.

 

Pas de restructuration en vue

Et pourtant c'est ce que préconisent de nombreux économistes. Restructurer une dette est une opération permettant de diminuer le taux d'intérêt global et étaler les mensualités sur l'ensemble des crédits. Le fonctionnement est simple, un établissement financier va jouer le rôle d'intermédiaire et va racheter tout, ou en partie sa dette. Ainsi le client en question n'aura plus qu'à payer un crédit à une seule personne sur une échéance donnée et avec un taux d'intérêt beaucoup plus faible.

Expliquons cela de manière un peu plus claire avec une conceptualisation simpliste. Ce qui va être décrit ne représente pas la réalité mais le concept. Admettons que la Grèce est une dette de 100€ avec un taux obligataire de 14% et disons que la France à un taux obligataire de 4%. La France va prêter 100€ à la Grèce pour qu'elle recouvre toutes ses dettes. La Grèce aura toujours une dette de 100€ mais cette fois ci uniquement envers la France. Or la France emprunte à 4%, dans ce sens elle va pouvoir négocier un taux d'intérêt inférieur au 14% de la Grèce et surtout pouvoir négocier l'étalement du remboursement.

Cela paraît une très bonne méthode, mais dans cet exemple la France prend un risque important. Le risque est simple, c'est le risque de crédit(risque de défaut) de la Grèce. C'est pour ça que de nombreux ministres de la zone euro se sont avoués défavorables à cette restructuration.

En conclusion, on voit un pays dans une situation défaillante. Les pays de la zone euro ou le FMI risquent devoir revenir en aide à la Grèce. Les rumeurs vont bon train concernant les discussions entre la Grèce et Bruxelles sur l'éventuelle sortie de la Grèce de la zone Euro, celles ci sont démenties par les deux parties. Ce qui est sûr c'est que l'Euro se déprécie sévèrement face à ces annonces et qu'il est assez probable que ça continu.  

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "La dette grecque continue d’inquiéter les marchés financiers"

  1. Ouais la situation grecque est vraiment inquiétante, énormément pour eux et suffisamment pour la zone euro. Et si y'avait qu'eux dans la misère, y'a aussi le Portugal qui commence sérieusement à inquiéter. Ouais lol le DSK, en tout cas s'il est vraiment fautif c'est vraiment pas malin de sa part, d'une part pour le FMI d'autre part pour la présidentielle.

  2. En plus ils perdent DSK !

    Va falloir qu'ils changent radicalement de philosophie pour pouvoir sortir la tete de l'eau, là bas la fraude fiscale c'est le sport national !

  3. J'aimerai pas etre a leurs place :/

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone