La France gagne de l’argent en s’endettant

bourse

Difficile à croire et pourtant vrai, l’Etat français à court terme bénéficie de taux d’intérêt négatifs et ce, même sur des emprunts à un an. Cette situation toute récente, se voit aussi en Allemagne. Il y aurait donc des gens dans le monde prêts à perdre de l’argent pour avoir la sécurité française.

Les taux d'emprunt français

?img=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F932109oat10

Voici deux courbes de taux, la première illustre les taux d’emprunts à 10 ans français (dits taux longs). On remarque que depuis le début des années 2000 la tendance est baissière, c'est-à-dire que les investisseurs offrent de plus en plus de crédits à la France. Par ailleurs, aujourd’hui dans une période de ralentissement économique fort à croissance nulle, le taux d’emprunt est au plus bas vers les 2.1 %.

?img=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F385785oat3

D’autre part, sur des taux courts, ici à 3 mois, la rémunération de l’emprunt est devenue négative à partir de Juillet. La tendance générale sur la période est baissière,  avec une forte accélération en début 2009 vis-à-vis de la situation de crise des Etats périphériques comme la Grèce ou l’Irlande. Les investisseurs se sont alors repliés vers des emprunts à taux plus courts et vers des pays aux fondamentaux plus stables comme la France, ce qui a tiré le coût du crédit vers le bas. Ensuite ce coût s’est accru à nouveau en 2011 avec les risques de contagion générale en Europe marqués par la dégradation de la France par l’agence S&P. C’est dans une dynamique d’incertitude générale sur la zone euro que cette hausse s’est bâtie. Puis ultérieurement, une surprenante diminution du taux obligataire s’est observée de fin 2011 à aujourd’hui marquant désormais des taux négatifs depuis début Juillet.

La raison de cette baisse, c’est que désormais les problèmes sont bien plus ciblés, notamment sur l’Espagne ou l’Italie. Ainsi, les taux d’emprunt y évoluent à la hausse alors qu’en France sur la même période c’est tout à fait le contraire. Les investisseurs se replient donc sur la France comme si elle était une valeur refuge.

La France ne brille pas mais garde des réserves

Même si les Etats-Unis bénéficient eux aussi d’une baisse de taux, aujourd’hui les Etats disposant de fondamentaux économiques solides et viables à long terme se font extrêmement rares. Ces baisses fortes de taux sur les grandes puissances économiques mondiales s’expliquent par une défiance vis-à-vis des Etats méditerranéens. Disons que maintenant, les investisseurs viennent sur la dette de la France par défaut de trouver mieux.

Même si la dette publique française est très forte et que le chômage est au plus haut, elle dispose encore de certaines ressources. En effet, à comparer aux pays anglo-saxon, l’élasticité de la production française par rapport à la conjoncture est assez faible de part des ressources en épargnes privés et un PIB plus équilibré. Pour être simple, la France est moins sensible à la crise que les autres pays de même échelle, cela se remarque en 2009 où la récession en France coute 3 % alors qu’elle est de 4.4% dans l’ensemble de la zone euro et même de 5.1% en Allemagne. L’Allemagne, par son système exportateur est fortement dépendante de la situation conjoncturelle européenne et mondiale, il faut alors de la prudence.

En conclusion, la situation conjoncturelle en France n’est pas bonne du tout, le déficit est fort, la compétitivité est au plus bas et le chômage au plus haut. Nous pourrions alors supposer que dans ces conditions, les investisseurs puissent délaisser la France, et fassent grimper ainsi les taux obligataires comme en Espagne ou en Italie. Pourtant c’est tout le contraire qui se produit, puisque l’offre en crédit étranger devient suffisamment abondante pour que son coût soit négatif. Je pense alors que des investisseurs se positionnent sur la France pour sa capacité de résistance en cas de crise. Peut-être que les investisseurs internationaux prévoient eux-mêmes une crise de plus grande ampleur, et cherchent à protéger leurs capitaux…

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "La France gagne de l’argent en s’endettant"

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone