Compétitivité et redressement productif: comment va faire le gouvernement ?

hollande

Depuis assez longtemps, nous ne pouvons que déplorer la diminution du secteur industriel dans le produit intérieur brut français. Nous savons très bien qu'un pays ne peut être une grande puissance qu'avec l'appui d'une industrie forte. Généralement, l'amalgame est rapide entre secteur industriel et secteur productif, l'agriculture est toute aussi productive, tout comme certains services, notamment des services apportés aux entreprises. Le ministère du redressement productif concerne alors les trois secteurs. Le mot d'ordre est la compétitivité, mais derrière ce mot trop utilisé par les politiques à toutes les fins, se cachent des concepts clairs que nous allons identifier aujourd’hui, et sur lesquels nous allons voir où pourrait agir le gouvernement.

La compétitivité et ses composantes

Au niveau international, la notion de compétitivité désigne la capacité d'un pays à produire et à vendre durablement des biens ou services marchands dans une situation économique de concurrence internationale. A cette échelle, c'est assez compliqué, car l'Etat ne peut pas être considéré comme une entreprise dans ce cas, et en conséquence les objectifs publics ne sont pas nécessairement de promouvoir une forte compétitivité (alors que pour une entreprise, la compétitivité demeure un objectif premier). La compétitivité repose alors principalement sur ces axes :

-        Le coût de la main d’œuvre: rémunérations et charges sociales

-        La productivité du travail

-        L'imposition

-        Le niveau d'infrastructure et qualité/prix des transports

-        La qualité de production (compétitivité hors-prix)

-        Le taux de change.

Les mesures annoncées

Le gouvernement de François Hollande ne souhaite pas quitter la zone euro, alors il ne peut pas y avoir de dévaluation unilatérale de la devise courante qu'est l'Euro. Une baisse du taux de change ne pourra pas être employée pour accroître la compétitivité-prix (plus grande aisance aux exportations, car les produits deviennent moins onéreux à l'étranger).

Pour ce qui est de la qualité de la production, représentant la capacité d'innovation et la capacité à investir des entreprises dans l'amélioration de la qualité des produits, elle dépend directement deux autres paramètres qui sont l'imposition, et le coût de main d’œuvre. Aujourd’hui selon la cours des comptes, l'imposition des entreprises et surtout les coûts salariaux sont tels que les entreprises rognent sur leurs marges et en conséquence diminuent l'investissement, et donc aussi la qualité des produits à long terme.

Dans le cas des infrastructures, la France est très bien fournie, c'est donc un point sur lequel on ne peut pas agir à court terme et qui est suffisamment bien développé en France pour que le gouvernement ne s'y intéresse pas plus dans le cadre de l'amélioration de la compétitivité.

Pour l'imposition, il semble que le gouvernement ne soit pas particulièrement prompt à le diminuer, surtout vis à vis des contraintes budgétaires liées à la dette et aux objectifs de restriction du déficit horizon 2013.

La productivité des travailleurs représente simplement la quantité produite par le personnel par heure travaillée. La productivité dépend alors principalement des compétences des travailleurs et de l'efficacité de l'organisation. La France est reconnue pour sa bonne productivité du travail, néanmoins, celle ci tend à décroître marginalement dans le temps. Le gouvernement pourra agir sur la qualification des salariés, notamment par des améliorations dans les structures scolaires et d'apprentissage, mais ces effets se font sentir à long terme. 

Pour ce qui est du coût de la main d’œuvre, sous le gouvernement Hollande celle ci devrait croître fortement. D'une part, à cause de la hausse du SMIC annoncée, et d'autre part avec la hausse des cotisations sociales censées financer un retour de la retraite à 60 ans pour les personnes ayant eu des carrières longues. Donc pour ce qui est de la productivité-coûts, le gouvernement devrait en toute logique la faire diminuer s'il appliquait les mesures évoquées.

En conclusion, quoiqu'on puisse débattre, il demeure qu'en regardant point par point, la politique proposée par l'actuel président ne favorise pas du tout la compétitivité des entreprises du pays. Le problème n'est pas le financement, mais les contraintes d'emplois. Bruxelles et la cours des comptes le somment de renoncer à une hausse du SMIC, ainsi qu'à une hausse des charges salariales. On se demande alors ce que pourra faire le "redressement productif".

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Compétitivité et redressement productif: comment va faire le gouvernement ?"

  1. Si, on est dans un vote par défaut. Mais c'est aussi du aux scissions entre l'UMP et le FN, et cette fois ci, Sarkozy n'a pas convaincu le FN, et c'est là l'echec à la fois à la présidentielle et aux legislatives ^^

  2. Un petit détail, est-ce que les gens n'ont pas voté H pour virer S...
    De plus, voilà plus de 6 ans que l'industrie française en perd, elle baisse de manière régulière sans que les politiques aient tiré un réel signal d'alarme!!!!
    @+

  3. Trader invité toto

    Bonjour laborie,
    je ne suis pas sur que tout les gens qui ont voté pour Hollande soient plein d'espoirs… Beaucoup ont voté pour lui considérant que des deux ce serait le moindre mal.

    Quand aux entrepreneurs qui partent à l'étranger, rien de surprenant, quand on voit la complexité pour créer une entreprise en France. Le gouvernement précédent n'a pas inversé la tendance et je ne suis guère plus optimiste pour celui-ci, hélas…

  4. Vous l'avez voulu, Hollande, maintenant faut faire avec! Et regardez-moi tous ces entrepreneurs qui préfèrent partir à l'étranger car les contraintes à la création d'entreprise y sont moindres, tous ces jeunes talents, tous ces diplômés hautement qualifiés (dont les études ont été payées par NOS impôts) qui foutent le camps... Va falloir redresser la barre, les amis.

  5. Trader invité laborie

    plein d'espoir les gens qui ont voter hollande helas la deception sera bientot presente ,il sera bien obliger de faire comme sont predecesseur

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone