La BCE suit-elle la bonne politique monétaire ?

draghi

Depuis le début de la crise le rôle de la banque centrale européenne est devenu très ambigu par rapport, à la fois à ses droits, et aux circonstances conjoncturelles. En effet, nous allons ici voir les errances commises par la BCE ou plutôt ses inactions.

Le rôle des banques centrales

Le rôle que doivent avoir les banques centrales n’est pas universellement défini, il dépend des traités adoptés. L’approche du traité de Maastricht adopte la position d’un organe absolument indépendant des politiques nationales n’ayant pour unique but que l’ajustement de la masse monétaire dans la zone euro dans l’idée de maintenir des prix relativement stables.

Mais avant tout, la banque centrale, c’est la banque des banques. Elle a pour rôle d’assurer la liquidité sur les marchés interbancaires et la stabilité du système bancaire. Dans ce cas, la BCE joue bien son rôle à travers les opérations de refinancement à capacité illimité à court terme lancées par l’actuel président à plusieurs reprises il y a quelques mois pour assurer la liquidité du marché interbancaire européen (et une annonce récente de la BCE affirmerait que ces opérations pourraient reprendre bientôt).

C'est toujours bien tenu, néanmoins la question qui demeure encore et toujours, est de savoir si les banques centrales doivent directement soutenir les Etats par des achats de titres de dettes à taux 0 sur le marché primaire, ou doivent elles exclusivement laisser ce rôle aux banques commerciales ?

Les banques centrales anglo-saxonnes

Que ce soit la FED ou la BOE, les actions sont bien plus étendues que pour la BCE. En effet, quoiqu’elles aient aussi le rôle de maintien des prix, elles ont directement un rôle dans la croissance est surtout dans l’emploi. Ces actions peuvent être marquées notamment par une politique de taux particulièrement bas ces dernières années ainsi que les fameux QE, 1 et 2 aux Etats-Unis visant au rachat de titres de dettes de l’Etat. La FED a donc un rôle directement politique. Son indépendance en termes d’agent économique est donc assez discutable dans la mesure où elle arrive en complément des interventions budgétaires.

La BCE : une exception de prévention

Comme nous le disions, le seul et unique rôle de la BCE est le maintien des prix ainsi que naturellement l’appui au système bancaire. Les dirigeants peuvent risquer pénalement des sanctions au tribunal si ce rôle est dépassé. La BCE, contrairement à la FED n’a pas le droit de devenir prêteur en dernier recours des Etats. Pourtant, l’action de prêter aux Etats, dans cette période, et directement sur le marché primaire (marché à l’émission du titre) pourrait détendre un peu les taux obligataires dans la zone euro qui s’avèrent particulièrement hauts ces temps ci pour les pays méditerranéens.

Cette inaction est voulue par les termes du traité de Maastricht, en effet l’idée est de dire, que si la banque centrale prête à taux 0 aux Etats en quantité illimité, il y a un risque d’aléa moral, c'est-à-dire que les Etats, sachant qu’ils ne payent pas de taux d’intérêts seraient alors tentés de ne plus maintenir une politique rigoureuse, s’endetteraient massivement et monétiseraient  la dette à outrance, créant une forte inflation. Mais aujourd’hui, ce surcroit de prudence mène à une aberration. La BCE prête très peu cher aux banques commerciales, qui elles, prêtent beaucoup plus cher aux Etats dans le but de se recapitaliser. Il serait alors plus judicieux de prêter directement aux Etats qui pourraient entrer dans le capital des banques pour assez peu finalement, et garantir les fonds propres (la société générale pourrait être nationalisée pour seulement 9 Milliards d’euros par exemple).

L'Europe manque de cohésion

La FED est la banque centrale fédérale des Etats-Unis. La BCE est la banque centrale européenne, pour que celle-ci soit efficace, il faudrait qu’elle soit la banque centrale de l’Europe-Uni. L’Euro aurait dû succéder à un fédéralisme européen par le contraire, aujourd’hui les Etats nationaux ont deux choix : soit se fédérer et modifier la politique monétaire tout en assurant une convergence budgétaire, soit sortir de l’Euro revenir aux devises nationales et utiliser par exemple la banque de France pour prêter à l’Etat. En comparaison, le Royaume-Uni n’est pas dans une meilleure situation que la France, mais celui-ci emprunte beaucoup moins cher que nous. 

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "La BCE suit-elle la bonne politique monétaire ?"

  1. D'accord, mais surtout avec la conclusion de l'article...
    Il aurait fallut que chaque nation fasse un choix, rentrer dans l'EU et accepter la monnaie et mener une politique de bloc type Etats Unis d'Europe!!!! Là, nous serions une force monétaire, économique et financière...
    Maintenant, si Maastricht était à voter aujourd'hui, je pense que le résultat serait diffèrent...
    @+

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone