Les terres rares : enjeu du 21eme siècle

metal

Nous en parlions déjà il y a plusieurs mois, la Chine tend visiblement à réduire ses exportations en terres rares. Demeurant plus ou moins le seul fournisseur mondial, il va de soi que ces mesures agacent quelque peu l'occident, qui Mardi a porté plainte auprès de l'organisation mondiale du commerce. 

Les terres rares : qu'est ce donc ?

Les terres rares portent bien leur nom, cette dénomination caractérise un ensemble de métaux particulièrement précieux servant très principalement à la conception de produits de hautes technologies dont la consommation s'avère très courante dans les pays occidentaux. Ces métaux sont souvent qualifiés de ressources stratégiques (plus au USA qu'en Europe ) de par leur importance dans les intérêts nationaux. Par ailleurs, ceux-ci sont de plus en plus sollicités dans le cadre du développement écologique, car que ce soit les voitures électriques, ou encore les éoliennes, ces produits demandent une quantité relativement élevée en terres rares dans leurs process de fabrication.

L'hégémonie chinoise

Il fut un temps, où l'exploitation du pétrole paraissait pérenne, mais contrairement à de nombreux pays, la Chine n'a pas choisi l'industrie pétrolière mais plutôt l'extraction des terres rares, ce qui à l'époque lui a valu ne nombreuses critiques. Le coût d'exploitation de ces matières est extrêmement élevé, ce qui a fait de ce pari, un pari risqué, mais qui aujourd'hui porte ses fruits, car environ 97% des terres rares proviennent de l'empire du milieu, réussissant ainsi à imposer son monopole dans le monde entier.

La Chine joue son rôle de monopole

Les coûts d'extraction et de traitement étant relativement élevés, les pays occidentaux (où l'industrie lourde décline de plus en plus) se tournent d'avantage vers la haute technologie plutôt que vers la métallurgie et la mine, et visiblement ne sont pas prêt à faire marche arrière. En conséquence, la Chine dispose d'un pouvoir de monopole qui plus est, particulièrement durable et entraînant une dépendance nécessaires de l'occident à son égard. Il va de soi que cette dernière en jouisse pleinement, au lieu d'envoyer les métaux à l'étranger, elle pourrait très bien les garder pour son industrie et bénéficier d'une très forte plus value sur les ventes de produits finis à l'occident. La Chine a donc décidé de restreindre ses exportations à 30 000 tonnes de terres rares pour l'année 2012, ce qui bien sûr, a agacé les USA.

Le souci des occidentaux

La ressource en terre rare est assez uniformément répartie sur le globe, l’extrême orient n'est pas le seul à en disposer dans ses sols, les États-Unis en possèdent aussi. Mais dans les années 80, la Chine a compris l'intérêt stratégique de cette exploitation, et s'est dotée d'un important appui industriel dans ce domaine, mais à l'époque les normes environnementales n'existaient pas, favorisant l'investissement. Désormais, quoique la Chine doivent d'avantage respecter l'environnement dans le cadre de l'extraction des minerais, celle ci dispose déjà d'importantes infrastructures.

Face à cela, si les États-Unis souhaitaient rompre leur dépendance, ils seraient contraints d'investir massivement dans des infrastructures imposantes respectant un minimum l'environnement, et  cela dans un contexte où la dette demeure le problème numéro un. L'investissement n'étant pas encore rentable, l'occident préfère se plaindre de la Chine auprès de l'OMC, mais le jour ou la demande dépassera trop l'offre, l'investissement quoique coûteux deviendra intéressant en occident.

La plainte à l'OMC

Mardi dernier, les États-Unis ont porté plainte à l'OMC à l'égard de la Chine concernant des exportations « déloyales » de matériaux appelés « terres rares ». Le souci, c'est que les procédures judiciaires s'avèrent très souvent lentes, d'autant plus que la Chine ferait très certainement appel du jugement. En conséquence, les États-Unis et l'Europe n'y gagneraient finalement rien, néanmoins cela pourrait relancer des tensions économiques avec la Chine et notamment une nouvelle guerre monétaire puisque récemment, la Chine a décidé que le Yuan ne s'apprécierait plus...

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Les terres rares : enjeu du 21eme siècle"

  1. Je suis d'accord avec toi, il devrait négocier.

  2. C'est sur que porter plainte à l'OMC ça va pas déplacer des montagnes...

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone