Sarkozy ou Merkel: qui a donc raison ?

sarkozy_merkel

Après les multiples déboires que nous avons déjà connu, le couple franco-allemand semble encore détenir du plomb dans l'aile. Quoique le président français soit envieux du modèle allemand, ce dernier ne s'acquiesce aucunement la politique européenne prônée par la chancelière allemande. La France et l'Allemagne sont la représentation du moteur décisionnel européen, mais faudrait-il encore que ce duopole s'accorde pour permettre à l'Europe de marcher plus avant.

La taxe Tobin source de l'opposition

La correcte dénomination est encore récente de la part des médias, néanmoins cette taxe fait parler d'elle depuis plus longtemps. Nous en parlions déjà l'an passé dans de précédents articles, la taxe Tobin correspond à une imposition proportionnelle sur les transactions financières. En de plus clairs termes, sur chaque transaction financière, sera imposé un certain pourcentage. 

A en croire sa détermination, on penserait que Nicolas Sarkozy en ait eu fait de tout temps son cheval de bataille. Pourtant il n'en est rien, ce n'est pas car aujourd'hui il défend cela bec et ongle qu'il en a toujours été le gardien, la taxe Tobin reste encore extrêmement controversée. Douze ans avant, sous la proposition de François Hollande pour une même taxe, l'actuel président répond « Si nous faisons cela en France, on va encore payer de dizaines de milliers de chômeurs supplémentaires ». Néanmoins aujourd'hui, il manifeste à grande évidence son souhait d'appliquer une telle imposition. L'Allemagne et l'Italie s'y opposent, bloquant ainsi les ambitions européennes du président français, face à cela et dans son acharnement, celui-ci va donner l'exemple en l'appliquant exclusivement aux marchés français.

Le problème que pose la taxe Tobin, c'est qu'elle n'a d'attrait que si celle-ci s'applique à l'ensemble des marchés mondiaux. En effet, en la restreignant seulement aux marchés financiers européens, ceux-ci perdront la sollicitude des investisseurs internationaux. En effet, les produits financiers sont relativement substituables, le résultat de cette mesure ne serait autre qu’une perte de liquidité en Europe. Bien sûr, rien ne se perd, ce qui est perdu en Europe se retrouvera en Amérique ou en Asie. La mesure présentée par Nicolas Sarkozy, semble surtout électoraliste, plus qu’autre chose.

Le rôle de la BCE

Une autre divergence de taille se situe sur la politique monétaire à adopter. Nicolas Sarkozy a un projet de court terme, alors qu’Angela Merkel réfléchit plutôt à long terme. Pour le président français, une politique monétaire expansionniste couplée à un assouplissement quantitatif (planche à billet moderne) est souhaitable. Autrement dit, une politique monétaire anglo-saxonne, le Royaume-Uni et surtout les Etats Unis ont pratiqué cela les dernières années face à la crise.

Angela Merkel, craint principalement le risque d’inflation engendré par une telle politique monétaire. En effet, à court terme, une politique monétaire expansionniste aura des effets positifs avec une hausse de la production et donc du PIB, ainsi qu’une légère inflation. Mais à long terme, ces effets positifs s’annulent laissant seulement une inflation conséquente à mesure de l’implication de la banque centrale.

Avant même de pouvoir constater les effets à long terme, nul besoin de noter le raté de la politique monétaire menée par la Fed. Après deux assouplissements quantitatifs massifs et un taux directeur à 0, la croissance est toujours au ralenti, alors qu’une inflation subie commence à se faire voir. Le risque de connaitre une stagflation n’est pas à négliger.

En conclusion,  si nous devions dire de qui entre Angela Merkel ou Nicolas Sarkozy a raison sur les grandes mesures européennes actuelles, sans trop d’hésitation nous porterions notre choix sur la chancelière allemande. Le président français, manque aujourd’hui visiblement de cohérence avec son idéologie.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Sarkozy ou Merkel: qui a donc raison ?"

  1. Oui je dois t'avouer que je me suis un peu emporté de temps à autre, c'est pas forcément évident de rester toujours objectif, mais c'est vrai qu'il faut que je me recentre un peu plus sur l'économie plutôt que sur la politique ;)

  2. Salut roland, tu sais que je t’apprécie beaucoup et que je suis avec grand intérêt tes articles et tes analyses.
    Par contre j'ai l'impression que dans tes derniers articles, tes conviction politiques personnelles (attention je ne les critiques pas!!) prennent le pas sur l'information que ces derniers sont censés apporter.

  3. L'avis de sarkozy en 1999 :)

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone