L'austérité résout-elle vraiment le problème de la dette publique ?

La crise a lourdement touché le secteur privée, qui lui-même a été assisté par les plans de soutien publiques. Néanmoins, ces opérations de maintien de l'économie ont un coût, coût supporté par les finances publiques. Ainsi la crise de la dette privée est devenue celle de la dette publique.

Cette crise a réussi à sortir de l'ombre des établissements capables de faire trembler les gouvernements. Ces établissements sont des agences de notations, elles attribuent des notes concernant la capacité de remboursement de la dette souveraine par les états. C'est à dire le risque obligataire. Les plus connues se nomment Moody's ou bien encore S&P.

En Europe, le maitre mot a été la solidarité, ainsi les pays incapables de recouvrir leur déficit publique ont été assistés. De cette manière la Grèce a bénéficié de 110 Milliard d'euros pour assainir ses comptes, et au total 750 Milliards d'euros répartis dans plusieurs pays.

Alors comment régler les problèmes de la dette publique ?

Eh bien on se serre la ceinture, cela s'appelle l'austérité, mot souvent dit et redit durant les mois précédents. Ainsi on baisse massivement les dépenses publiques afin de restaurer un équilibre. Un plan va concrètement réduire fortement le poids de la dette, mais à quel prix ?

Le véritable problème n'est pas la dette elle même, mais le rapport de la dette au PIB.

 

La Modélisation économique montre qu'une politique d'austérité nuirait sensiblement au ratio dette/PIB

Pour déterminer avec précision et rigueur l'impact d'un plan d'austérité sur l'économie de la zone euro, des économistes ont utilisé le modèle EASY. En se basant sur une échéance de 2014, ils ont comparé différents scénarios.

Les résultats sont éloquents, la solvabilité des États européens serait lourdement dégradée par une politique d'austérité. Par exemple: en considérant une austérité étalée sur l'ensemble de la zone euro, le ratio dette/PIB passerait de 80% en 2009 à 98% en 2014. Alors qu'en ne pratiquant aucune réduction de déficit, la zone Euro serait à 96% en 2014.

En conséquence, en soutenant une politique globale de réduction des dépenses, l'Europe perdrait sur les deux tableaux, non seulement le ratio Dette/PIB aurait fortement augmenté mais de surcroît elle devrait faire face à une faible croissance et à un fort taux de chômage.

Les pays seraient ainsi obligés de se reposer sur leurs exportations car la demande interne aurait lourdement chuté, de cette manière, l'économie serait dirigée par les taux de change qui décideraient du profit des entreprises.

Dans un scénario d'austérité, les dépenses publiques seraient réduites, impliquant une baisse du revenu global du privé, de ce fait la consommation chuterait et en conséquence les prix aussi. Une baisse des prix s'appelle une déflation, c'est une des pires situations économiques envisageables.

En conclusion, une cure d'assainissement des finances publiques est quoi qu'il en soit nécessaire, cependant il faut l'étaler et attendre un retour important de la croissance et de l'inflation. Actuellement, la croissance reste encore trop peu prononcée et l'inflation est uniquement portée par l'explosion de prix du baril et des matières premières...

 

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "L'austérité résout-elle vraiment le problème de la dette publique ?"

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone