L'Italie sera surement la nouvelle victime des marchés financiers

rome2

Nous pouvons maintenant considérer que l'Europe a plutôt bien répondu à la question grecque. Selon le plan adopté, la dette grecque devient « théoriquement » viable. Mais dans l'Europe, des doutes persistent encore, la plus grande crainte reste un défaut italien. La foudre des marchés pourrait bien s'abattre une fois de plus.

L'Italie sous surveillance

Même si devant les médias populaires on se s’arrête pas de parler grec, la véritable star de ce G20 c'est bien la dette italienne. Et pour cause, dans le classement, elle se situe aussi  sur le podium, en troisième place derrière la dette japonaise et grecque. Celle-ci est de 119% du PIB, soit un total de 1900 Milliards d’euros. Bien ce que cette dernière soit détenue à presque 60% par des résidents, cela n’empêche pas les marchés financiers de s’affoler à la moindre annonce négative.

La Grèce pouvait être aisément sauvée, l’Europe aurait même pu englober toute sa dette. L’Italie c’est autre chose, ce dont on parle, c’est d’une dette supérieure à celle de la France. Les autre pays ne pourraient ainsi pas l’aider, un défaut italien signerait surement l’arrêt de mort de l’euro (au moins pour l’Italie). 

Le comble de tout cela, c’est qu’à ce dernier G20, particulièrement axé sur la crise de la dette, Sylvio Berlusconi est arrivé bredouille, aucune planification budgétaire pour l’année à venir. Cela n’a bien sûr pas été bien accueilli de la part des membres (et surtout européens). Aujourd’hui l’Italie est en passe de franchir le point de non-retour, son taux à 10 ans dépasse les 6% (deux fois plus que la France, pour une dette plus forte, mais un PIB plus faible). De plus, le président italien avait promis à Angela Merkel un plan pour ce G20. 

Face à ce manque de rigueur, un sommet officieux parallèle au G20 s’est ouvert, il comprend les plus grandes puissances de la zone euro ainsi que José-Manuel Barroso et Herman van rompuy. Ce conclave a pour but de clarifier la situation italienne. Il en a été décidé de mettre les agissements de Sylvio Berlusconi sous une surveillance. La troïka est de retour, le président italien a accepté « des bons conseils » qui objectivement ressemblent fort à une mise sous tutelle. 

Il n’est pas encore l’heure de prêter à l’Italie, et l’Europe exclut cette solution pour l’instant. Cependant, elle l’envisage dans le cas d’un empirement de la conjoncture qui pourrait accroître le fardeau de la dette. La surveillance européenne se posera seulement sur le suivi des mesures promises par le plan de Sylvio Berlusconi. Néanmoins, au-delà du blâme, les autorités n’ont pas beaucoup d’actions possibles pour éviter les déviances italiennes. 

Sylvio Berlusconi tire ses dernières cartouches

Il devient impopulaire, car il symbolise l’arbre de l’endettement, et les taux d’intérêt actuels en sont les fruits.  Sa manœuvre de rigueur sonne donc comme un pas en arrière, surtout que cette rigueur pourrait plutôt s’appeler austérité. Bien que le parlement le suive assez facilement, les mesures comprises dans son nouveau plan ne sont pas spécialement populaires. 

Il est sûr qu’un plan similaire en France ne serait pas envisageable, on parle d’une retraire à 67 ans, des ventes aux enchères massives sur le patrimoine de l’Etat (15 Milliards d’euros escomptés). Le président italien a assuré durant le G20 qu’il fera passer au parlement ses mesures de rigueur avant le 15 Novembre. Avant d’aller plus loin, celui-ci va demander la confiance du parlement, gardant la majorité avec lui, il devrait l’obtenir. Cependant, il semblerait que certains parlementaires de la majorité aient fait défection (6 d’entre eux en l’occurrence). En conséquence, nous pouvons garder des doutes sur l’adoption de ce nouveau plan d’austérité

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "L'Italie sera surement la nouvelle victime des marchés financiers"

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone