Le bilan du « sauvetage » européen

europe-crise-traite

Suite au sommet européen du 26 Octobre, le président Sarkozy nous a assuré que nous avions évité un cataclysme mondial. La remontée brutale de l'euro nous montre la satisfaction des investisseurs dans cet accord de dernière minute. Celui-ci devenait urgent, surtout avant le sommet du G20 à Cannes le 3 et 4 Novembre prochains. Voyons donc quels sont les résultats des discussions.

Terminée la confrontation franco-allemande

« Terminée » est un grand mot, disons plutôt que comme bien souvent, la France s’est pliée aux propositions allemandes. Les deux parties s’étant entendues, la Grèce a pu être sauvée, peut être une bonne fois pour toute. Résumons la situation grecque : une dette totale de 350 Milliards d’euros dont 210 Milliards dues aux banques. La Grèce ne peut quoi qu’il en soit pas rembourser, on décide donc de faire un défaut partiel, les banques doivent accepter une perte sèche de 50% (105 Milliards). La Grèce n’a donc plus que 245 Milliards d’euros de dette. Mais c’est encore trop pour la pauvre péninsule hellénique, les Etats décident de rajouter 100 Milliards d’euros pour donner du souffle à la Grèce, bien sûr ce ne sont que des prêts, mais des prêts accommodants. Désormais, la situation est considérée comme viable pour le pays.

Mais la bouée a un prix. Elle va couter à la Grèce 8 ans d’austérité forcée par la troïka. Sous surveillance du FMI et de l’Europe, elle ne pourra pas dévier de la route. Actuellement la dette vaut 180% du PIB grec, l’objectif est de le ramener à hauteur de 120% en 2020. Le défaut partiel aura surement pour conséquence une perte d’entrain de la part des investisseurs. Ensuite, l’austérité continuelle sur presque une décennie ne sera surement pas acceptée par la population. Le chômage est à 17%, si l’austérité bride la compétitivité, alors il y a peu de chance que ce taux diminue. 

Au-delà du problème grec, le pouvoir du FESF a été clairement augmenté. En jouant sur l’effet de levier, ce dernier pourra intervenir avec plus d’efficacité. En réalité, le FESF dispose au total de 440 Milliards d’euros, ce qui est somme toute assez léger pour lutter face à une contagion. Durant ce sommet du 26 Octobre, les dirigeants n’ont pas voulu augmenter sa taille. Le choix qui a été fait est celui d’utiliser un effet de levier, ce dernier sera de 4 sur un total de 250 Milliards d’euros, ce qui signifie que pourront être utilisés 1000 Milliards d’euros. Par exemple, pour 100 Milliards prêtés par une banque, le FESF pourra en garantir 25 (au lieu de 100), donc pourra cautionner quatre fois plus d’emprunts. Cependant, on prend le risque de voir apparaitre une forme d’aléa moral.

L’Europe est à vendre

Si on avait dit, il y a 50 ans que la Chine aiderait un jour l’Europe, les gens se seraient bien amusés. Et pourtant, aujourd’hui le vieux continent est un genou à terre à supplier aux émergents de l’aide. Bien que le Brésil ou encore la Russie soient intéressés dans le sauvetage européen, c’est bien la république populaire qui en a le plus besoin. L’Europe constituant son principal partenariat commercial, l’empire du milieu ne peut pas la laisser dépérir. On parle d’une aide probable de 100 Milliard d’euros, ce qui est colossal pour un pays extérieur. 

Mais n’oublions pas qu’une aide chinoise, c’est un surplus de pouvoir de la Chine sur la politique européenne. Ce n’est pas seulement pour préserver ses exportations que la Chine courre à notre secours. Depuis le début de sa forte croissance, cette dernière n’a cessé de chercher de nouveaux territoire, sans parler de conquête, elle ne s’est pas gênée pour s’emparer des terres africaines (cultivées par des chinois en Afrique). N’oublions pas que c’est la Chine qui a acheté le port du Pirée, que c’est la Chine qui construit des routes dans l’Europe de l’Est, que c’est la Chine qui achète massivement des entrepôts et des ports en méditerranée. Sans chercher la théorie du complot, il semble tout de même que l’empire du milieu souhaite gagner en pouvoir de marché sur l’Europe en contrôlant ses transports de fret. En aidant la zone euro, il va de soi que l’Europe se devra plus accommodante quant aux souhaits d’acquisition chinois.

 

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Le bilan du « sauvetage » européen"

  1. Merci pour les liens ^_^ ...Roland

  2. L'europe vie une Crise trop Grave, elle est dans une situation de faiblesse, bien tot il vont faire une Politique d'austérité et bien sur que c'est la chine qui vas bénéficié de cette Politique, en suite elle vas prendre la reléve, aprés elle contrôleras le monde bien tot

  3. Oui, d'ailleurs j'avais fait un article déjà sur la stratégie chinoise :

    http://www.forexagone.com/blog/96-la-chine-s-infiltre-dans-les-marches-europeens

    http://www.forexagone.com/blog/125-la-politique-monetaire-chinoise-pousse-le-monde-occidental-a-la-ruine

    La Chine affame les pays africains, aujourd'hui l'Europe est en situation de faiblesse, je pense que la Chine a bien envie d'en tirer parti.

  4. alors finalement les prédictions seront vrais 'que la chine contrôleras le monde d'ici 10 au 15 ans' ;).
    jolie article ,Merci...^_^

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone