La volatilité du dollar agite les cours du pétrole

Les cours du brut sont très chahutés ces derniers temps, tantôt une hausse interminable, puis une chute sans précédent. Entre soupçons de bulle spéculative et correction naturelle, les avis sont partagés. Pénible tâche que de prédire l'évolution du brut dans le contexte économique actuel.

 

Le dollar mis en cause

Depuis déjà longtemps, le débat sur la corrélation entre le cours de l'or noir et celui du dollar fait rage. Les économistes sont divisés, il est vrai qu'aucune parfaite relation n'a pu clairement être établie entre l'évolution du marché monétaire et celui du pétrole. Néanmoins, il serait niais d'ignorer l'impact de l'un sur l'autre. Plusieurs hypothèses sont évoquées pour expliquer la corrélation, la première est celle des pétrodollars. Les ventes de barils se font en dollars, durant de nombreuses années (époque précédent les années 2000), les revenus(en dollars) des pays exportateurs étaient majoritairement réinvestis sur le sol américain. Toutefois, cette décennie a été marquée par une volonté de diversification de l'actif des pétroliers. Avec la dépréciation du dollar, ces pays furent amené à acheter de l'euro ce qui défavorisa clairement le dollar. D'autre part, la perte de change due à la dépréciation du dollar est supportée par les pays pétroliers, face à cette diminution du profit, ceux ci n'ont d'autre choix que d'augmenter le prix de celui ci.

Tout cela pour tenter d'expliquer la corrélation entre les cours du brut et ceux du dollar. Les dernières séances succédant à la forte chute sont marquées par une profonde hésitation avec des bougies aux corps étroits et aux ombres longues.

Durant un temps cette hausse sans égale du pétrole évoquait une certitude de la continuation haussière, mais aussi la probable formation d'une bulle spéculative. Il me semble assez difficile de parler de l'éclatement d'une bulle. Certes l'accélération baissière a été forte mais si on s'intéresse à l'évolution du cours sur une plus grande échelle, nous y voyons plutôt une brutale correction baissière dans la trame d'une tendance de fond clairement haussière.

 

L'Opep risque accroître sa production

En 2008, les principaux pays exportateurs de pétrole s'étaient accordés pour abaisser leur production. Aujourd'hui face à la crise du monde arabe et à la flambée du prix du baril, il est possible que l'organisation relève ses quotas. Bien que déjà certains pays comme l'Arabie Saoudite avaient augmenté leur production, il est désormais envisageable que ce soit l'ensemble des pays de l'Opep qui revoient les quotas à la hausse. C'est l'objectif d'une hausse de 1 Million de barils par jour qui est visé, la production actuelle mondiale est d'environ 29 Millions de barils quotidiens.

 

L'offre ne sera pas suffisante face aux pays émergents

Nous avons pu observer une récente baisse de la demande en pétrole ces dernières semaines qui a fait chuter le cours de l'or noir. Cet faiblesse de la demande est évidente puisqu'elle est fonction du prix. Si le pétrole est plus cher alors autant les ménages que les entreprises vont chercher à réduire la consommation et donc la demande et en conséquence le prix. C'est un système qui permet d'éviter des hausses trop spéculatives.

Néanmoins, même si la consommation faiblit en occident, elle reste élevée dans les pays émergents et tend à s'accroitre sur les prochaines années. En effet, ces pays favorisent même la consommation en pétrole, pour cela les Etats comme la Russie, l'Inde ou la Chine instaurent des subventions pour que l'inflation ne touchent pas le secteur privé. De surcroit, le souhait de ces pays a élever le niveau de vie des population est grand, cela passe inévitablement par une hausse de la consommation du pétrole. Actuellement, en Chine il y a une voiture pour cent habitants, dans une horizon d'une quizaine d'années voir moins, cette proportion pourrait doubler.

En conclusion, nous pouvons retenir que le marché du baril a tendance à se réguler lui même, ce qu'il a réussi à nous montrer ces dernières semaines. Néanmoins à long terme, l'offre ne tiendra sensiblement pas face au la demande des pays émergents et le prix du baril risque bel et bien s'accroitre les prochains mois et années.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "La volatilité du dollar agite les cours du pétrole"

  1. Trader invité belgian investor

    les cours du pétrole brent sont prix entre deux niveaux ! le marteau et l'enclume !!

    Analyse en vidéo sur youtube : http://www.youtube.com/watch?v=rOH8sYLYpDw&feature=player_embedded

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone