Rejoindre la communauté

Des marchés régis par des machines

La vision du trading professionnel par le milieu amateur s'apparente souvent à une foule de gens hurlant et agitant les bras dans un tumulte effroyable. Cette vision était juste il y a encore quelques années, mais plus aujourd'hui. La deuxième décennie de ce siècle sera très probablement marquée par l'avènement de la machine. En effet, le constat est lourd mais d'ores et déjà plus de 70% des transactions aux États-Unis sont décidées et exécutées par des ordinateurs.

La cause de cet accroissement s'appelle le trading haute fréquence, il s'appuie sur le progrès de la technologie informatique. Ainsi, grâce à de puissants ordinateurs et à des algorithmes toujours plus optimisés, il devient possible d'exploiter des micro mouvements du marché sur des laps de temps de l'ordre de la dizaine de millisecondes.

L'exploitation de données sur des échelles aussi faibles offrent de nouvelles stratégies envisageables , et notamment celle des ordres flashs. Elle se base sur la vitesse d'exécution des ordres, c'est à dire sur les temps de latences. Lors du passage d'un ordre, des informations confidentielles sont révélées durant quelques fractions de secondes avant d'être traitées par le système national de marché. Par conséquent, si un opérateur connaît la meilleure offre(ou demande) du marché, il peut exécuter un ordre avant même qu'il apparaisse sur le marché.

De surcroît, la forte progression des « dark pools » n'enraye pas le mouvement. Derrière se nom mystérieux se cache un puissant système qui fait depuis peu polémique. Sans être un organisme réglementé, un dark pool assure la rencontre en acheteur et vendeur en son sein, il permet de négocier de nombreux instruments financiers tout en proposant à ses clients de rester anonymes. Il représente donc une alternative aux systèmes de bourses mondiales.

Mais quel rapport avec les ordres flashs ?

Simplement, si les ordinateurs d'un établissement sont suffisamment rapides, il seront capables d'envoyer des ordres quelques fractions de secondes en avance sur les dark pools tout en connaissant l'évolution des cours au préalable. Évidemment les gains par opération sont concrètement très faibles, néanmoins les fonds quantitatifs sont désormais en mesure, grâce à des algorithmes toujours plus sophistiqués de pouvoir menés des opérations de grandes envergures sur de courtes échelles de temps.

L'apparition du trading algorithmique en France est assez récente, nonobstant cette pratique s'étend rapidement aux différents marchés, le premier touché est bien sûr celui des actions mais depuis peu la complexification des algorithmes permet de traiter les produits dérivés. La demande en personnels hautement qualifiés en mathématiques et informatique à exploser ses dernières années.

La course à l'armement entre les établissements financiers induite par l'automatisation du trading provoque de nombreuses polémiques ainsi que l'indignation des petits acteurs du marché. Les autorités de régulations dénoncent ces méthodes, par ailleurs l'AMF a publié un rapport à l'encontre du trading haute fréquence, ainsi je cite: « Le trading haute fréquence fournit (…) des outils susceptibles d’être détournés de leur usage légal. Ces outils sont de nature à faciliter la mise en oeuvre de stratégies manipulatoires ou contraires aux intérêts des clients (front running) ».

A l'opposé de ces rapports, les fonds utilisant le trading haute fréquence se défendent en mettant en avant une meilleure liquidité sur les marchés ainsi qu'une meilleure efficience de ceux ci.

  

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Des marchés régis par des machines"

  1. Trader invité Forexagone

    La vision du trading professionnel par le milieu amateur s'apparente souvent à une foule de gens hurlant et agitant les bras dans un tumulte effroyable. Cette vision était juste il y a encore quelques années, mais plus aujourd'hui. La deuxième décennie de ce siècle sera très probablement marquée par l'avènement de la machine. En effet, le constat est lourd mais d'ores et déjà plus de 70% des transactions aux États-Unis sont décidées et exécutées par des ordinateurs.

    La cause de cet accroissement s'appelle le trading haute fréquence, il s'appuie sur le progrès de la technologie informatique. Ainsi, grâce à de puissants ordinateurs et à des algorithmes toujours plus optimisés, il devient possible d'exploiter des micro mouvements du marché sur des laps de temps de l'ordre de la dizaine de millisecondes.

    L'exploitation de données sur des échelles aussi faibles offrent de nouvelles stratégies envisageables , et notamment celle des ordres flashs. Elle se base sur la vitesse d'exécution des ordres, c'est à dire sur les temps de latences. Lors du passage d'un ordre, des informations confidentielles sont révélées durant quelques fractions de secondes avant d'être traitées par le système national de marché. Par conséquent, si un opérateur connaît la meilleure offre(ou demande) du marché, il peut exécuter un ordre avant même qu'il apparaisse sur le marché.

    De surcroît, la forte progression des « dark pools » n'enraye pas le mouvement. Derrière se nom mystérieux se cache un puissant système qui fait depuis peu polémique. Sans être un organisme réglementé, un dark pool assure la rencontre en acheteur et vendeur en son sein, il permet de négocier de nombreux instruments financiers tout en proposant à ses clients de rester anonymes. Il représente donc une alternative aux systèmes de bourses mondiales.

    Mais quel rapport avec les ordres flashs ?

    Simplement, si les ordinateurs d'un établissement sont suffisamment rapides, il seront capables d'envoyer des ordres quelques fractions de secondes en avance sur les dark pools tout en connaissant l'évolution des cours au préalable. Évidemment les gains par opération sont concrètement très faibles, néanmoins les fonds quantitatifs sont désormais en mesure, grâce à des algorithmes toujours plus sophistiqués de pouvoir menés des opérations de grandes envergures sur de courtes échelles de temps.

    L'apparition du trading algorithmique en France est assez récente, nonobstant cette pratique s'étend rapidement aux différents marchés, le premier touché est bien sûr celui des actions mais depuis peu la complexification des algorithmes permet de traiter les produits dérivés. La demande en personnels hautement qualifiés en mathématiques et informatique à exploser ses dernières années.

    La course à l'armement entre les établissements financiers induite par l'automatisation du trading provoque de nombreuses polémiques ainsi que l'indignation des petits acteurs du marché. Les autorités de régulations dénoncent ces méthodes, par ailleurs l'AMF a publié un rapport à l'encontre du trading haute fréquence, ainsi je cite: « Le trading haute fréquence fournit (…) des outils susceptibles d’être détournés de leur usage légal. Ces outils sont de nature à faciliter la mise en oeuvre de stratégies manipulatoires ou contraires aux intérêts des clients (front running) ».

    A l'opposé de ces rapports, les fonds utilisant le trading haute fréquence se défendent en mettant en avant une meilleure liquidité sur les marchés ainsi qu'une meilleure efficience de ceux ci.


    Vous pouvez lire l'article de l'expert complet, sur le blog forex de forexagone à l'adresse suivante

    http://www.forexagone.com/blog/8-des-marches-regis-par-des-machines

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone