Rejoindre la communauté

Les mouvements sociaux dans les pays arabes: Quelles conséquences sur le prix du baril ?

Personne ne sera en mesure d'ignorer les mouvements sociaux des pays nord africains et du moyen Orient. Que ce soit le cas de la Tunisie, de l'Égypte ou bien de la Libye, les régimes autoritaires sont en train de laisser la place aux démocraties.

D'accord, mais quels impacts économiques ?

Le principal malaise se situe surtout dans les pays pétroliers. Difficile de nier l'importance de la stabilité de la production de pétrole dans ces régions. Jusqu'à présent, seulement l'Égypte et la Tunisie ont réussi leur révolution populaire, ces pays n'ont pas en réalité une grande importance sur le marché du baril. L'inquiétude qui a chamboulé les marchés financiers ces quelques derniers jours vient de la contagion potentielle. En effet, les forts mouvements récents sont principalement dus à des craintes au niveau de l'instabilité politique en Libye. Contrairement à d'autres pays du Nord de l'Afrique, la Libye est riche en pétrole et fait partie intégrante de l'Opep. Une baisse de la production dans cette zone impacterait lourdement le cours du brut ainsi que d'autres actifs corrélés comme le dollar...

Selon les experts, le marché reste actuellement concentré sur la Libye, et le mouvement de contestation ne semble pas faiblir car d'après la diplomatie Italienne, la partie Est du pays n'est plus sous contrôle des autorités. Sensiblement, la totalité des ports est bloquée, ainsi aucun acheminement du brut n'est envisageable. La Libye représente 2% de la production mondiale de pétrole, cela paraît peu comme ça, mais un arrêt de l'exportation impliquerait une rapide flambée des cours.

Néanmoins, les autres pays membres de l'Opep seront normalement en capacité de compenser la production de brut libyenne. Cependant, la qualité serait, d'après certains spécialistes moins bonne, en conséquence certaines centrales de raffinage ne seraient pas nécessairement capables de traiter un brut trop riche en souffre. Dans ces conditions le cours du brut ne serait pas forcément trop impacté à la hausse mais celui des produits dérivés(gazole,essence,...) oui.

D'après un analyste de JP Morgan, l'Arabie Saoudite a promis que les pays membres de l'Opep augmenteraient leur production. Nonobstant, en l'absence d'informations claires sur la variation de production libyenne, aucune décision peut être prise. La conséquence directe est l'apparition une phase de retard de production  entre le moment actuel où la Libye réduit sa production et le moment où les autres pays essayeront de la compenser. Par conséquent une hausse du prix du baril quasi inéluctable.

Avant même la parution de chiffres officiels, de nombreux groupes pétroliers ont avoué avoir stoppé temporairement leurs activités. C'est le cas de Total qui a décidé du rapatriement de la majeure partie du personnel, de l'espagnol Repsol ou bien encore du groupe Italien ENI.

La crise libyenne semble pouvoir, malgré des difficultés, être régulée par un surproduction d'autres pays exportateurs. Le réel souci réside dans le fait que ces mêmes pays sont situés en majeure partie au moyen orient et sont par ailleurs souvent placés sous des régimes autoritaires. Si la crise s'étend à ceux ci et que les productions sont stoppées dans ces régions alors rien ne pourrait arrêter le prix du baril...

D'autres part, face à un tel tumulte géopolitique, les indicateurs économiques perdent leurs places et les valeurs refuge refont surface. C'est le cas du Franc Suisse qui augmente face aux autres devises. Dans un fond de violence en progression, la monnaie helvétique garde un bon potentiel haussier.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Les mouvements sociaux dans les pays arabes: Quelles conséquences sur le prix du baril ?"

  1. Trader invité Forexagone

    Personne ne sera en mesure d'ignorer les mouvements sociaux des pays nord africains et du moyen Orient. Que ce soit le cas de la Tunisie, de l'Égypte ou bien de la Libye, les régimes autoritaires sont en train de laisser la place aux démocraties.

    D'accord, mais quels impacts économiques ?

    Le principal malaise se situe surtout dans les pays pétroliers. Difficile de nier l'importance de la stabilité de la production de pétrole dans ces régions. Jusqu'à présent, seulement l'Égypte et la Tunisie ont réussi leur révolution populaire, ces pays n'ont pas en réalité une grande importance sur le marché du baril. L'inquiétude qui a chamboulé les marchés financiers ces quelques derniers jours vient de la contagion potentielle. En effet, les forts mouvements récents sont principalement dus à des craintes au niveau de l'instabilité politique en Libye. Contrairement à d'autres pays du Nord de l'Afrique, la Libye est riche en pétrole et fait partie intégrante de l'Opep. Une baisse de la production dans cette zone impacterait lourdement le cours du brut ainsi que d'autres actifs corrélés comme le dollar...

    Selon les experts, le marché reste actuellement concentré sur la Libye, et le mouvement de contestation ne semble pas faiblir car d'après la diplomatie Italienne, la partie Est du pays n'est plus sous contrôle des autorités. Sensiblement, la totalité des ports est bloquée, ainsi aucun acheminement du brut n'est envisageable. La Libye représente 2% de la production mondiale de pétrole, cela paraît peu comme ça, mais un arrêt de l'exportation impliquerait une rapide flambée des cours.

    Néanmoins, les autres pays membres de l'Opep seront normalement en capacité de compenser la production de brut libyenne. Cependant, la qualité serait, d'après certains spécialistes moins bonne, en conséquence certaines centrales de raffinage ne seraient pas nécessairement capables de traiter un brut trop riche en souffre. Dans ces conditions le cours du brut ne serait pas forcément trop impacté à la hausse mais celui des produits dérivés(gazole,essence,...) oui.

    D'après un analyste de JP Morgan, l'Arabie Saoudite a promis que les pays membres de l'Opep augmenteraient leur production. Nonobstant, en l'absence d'informations claires sur la variation de production libyenne, aucune décision peut être prise. La conséquence directe est l'apparition une phase de retard de production entre le moment actuel où la Libye réduit sa production et le moment où les autres pays essayeront de la compenser. Par conséquent une hausse du prix du baril quasi inéluctable.

    Avant même la parution de chiffres officiels, de nombreux groupes pétroliers ont avoué avoir stoppé temporairement leurs activités. C'est le cas de Total qui a décidé du rapatriement de la majeure partie du personnel, de l'espagnol Repsol ou bien encore du groupe Italien ENI.

    La crise libyenne semble pouvoir, malgré des difficultés, être régulée par un surproduction d'autres pays exportateurs. Le réel souci réside dans le fait que ces mêmes pays sont situés en majeure partie au moyen orient et sont par ailleurs souvent placés sous des régimes autoritaires. Si la crise s'étend à ceux ci et que les productions sont stoppées dans ces régions alors rien ne pourrait arrêter le prix du baril...

    D'autres part, face à un tel tumulte géopolitique, les indicateurs économiques perdent leurs places et les valeurs refuge refont surface. C'est le cas du Franc Suisse qui augmente face aux autres devises. Dans un fond de violence en progression, la monnaie helvétique garde un bon potentiel haussier.


    Vous pouvez lire l'article de l'expert complet, sur le blog forex de forexagone à l'adresse suivante

    http://www.forexagone.com/blog/6-les-mouvements-sociaux-dans-les-pays-arabes-quelles-consequences-sur-le-prix-du-baril

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone