Les matières premières: pénurie et spéculation

De nos jours, il semble assez clair que les producteurs et les consommateurs ne sont plus les seuls acteurs sur le marché des matières premières. Bien entendu, nous parlons ici des spéculateurs. Leur rôle dans l'évolution des prix au comptant des matières premières n'est pas encore prouvé, mais les débats sur la question font rage.

 

L'évolution chaotique et volatile du prix des matières premières alimentaires de plus en plus contestée.

Depuis déjà plusieurs années, les agriculteurs protestent de ne pouvoir vivre décemment de leur activité. En effet, ce qui est bon de savoir c'est qu'un agriculteur subit nécessairement des coûts de production, néanmoins ceux ci ne s'adaptent pas aux prix des productions vendues. De ce fait, quoique bénéficiant des primes pourvues par la PAC(politique agricole commune) de nombreux agriculteurs sortent déficitaires malgré une production correcte.

Nicolas Sarkozy en tant que président du G20 était parti en croisade contre la spéculation de ces produits. Ainsi, il y a environ deux mois, il s'était insurgé face à un rapport publié par la commission européenne. On pouvait y lire que, certes de fortes corrélations entre le marché des produits dérivés et les prix eux mêmes existent. Néanmoins, selon la commission européenne, il n'est pas possible d'établir de conséquence entre les positions prisent sur les dérivés et le prix réel des sous-jacents.

En effet, le trading sur matières premières est très différent de celui que l'on peut observer sur les actions ou bien encore sur le forex. Généralement, pour spéculer sur la variation du cours, il ne convient pas d'acheter directement au comptant la matière en question mais plutôt d'entrer en positions sur des produits dérivés et des contrats à terme. Plus globalement, on trade sur des produits financiers dont le sous-jacent n'est pas livré. Il serait assez difficile de s'imaginer un investisseur particulier acheter quatre tonnes de maïs à Chicago, ça serait possible mais pas nécessairement très pratique. De cette manière, il s'avère difficile de pouvoir démontrer une relation de cause à effet sur le prix des matières premières par l'entrée en position sur des options ou autres futures...

Néanmoins, l'Élysée ne partage pas le même point de vue. Effectivement, le président français s'efforce à vouloir prouver que la spéculation sur matières premières avait des conséquences néfastes sur les prix et affectait leur volatilité. Ainsi, on peut évoquer une théorie(qui ne se démontrent pas nécessairement en pratique) qui lie le prix spot(comptant) au prix à terme. Pour rester simple et sans entrer trop dans les détails, il faut comprendre que la variation du prix à terme implique une variation dans le même sens du prix spot. Par exemple, si le prix à terme augmente fortement, cela signifie que les investisseurs anticipent une baisse de l'offre ou une hausse de la demande future. La conséquence, est qu'en considérant le marché à terme comme omniscient, les détenteurs réels de matières premières vont avoir fortement tendance à garder leurs stocks en supposant la hausse des prix. C'est leur propre action de ne pas vendre instantanément et logiquement qui pousse la croissance des prix. En réalité, cette théorie n'est valable que si les détenteurs de matières premières(sous forme physique) considèrent que le marché à terme est rationnel et omniscient, et on sait tous que ce n'est pas toujours le cas.

 

Bientôt la pénurie de brut et plus tôt encore la pénurie de terres rares

Il y a plusieurs années, le monde se riait de voir la chine investir massivement dans l'extraction et le traitement des terres rares. Aujourd'hui, elle produit 97% des terres rares dans le monde entier, et nous sommes désormais à la merci de sa politique d'exportation.

Mais au fond qu'est ce que sont les terres rares ?

Les terres rares représentent un groupe de 17 métaux devenus essentiels pour l'informatique, le high-tech et l'industrie. Ce sont des matériaux d'une rareté exceptionnelle, comme par exemple l'indium ou bien le palladium.

Les stocks de terres rares sont loin d'être illimités, la Chine dispose de 30% des terres rares dans le monde et ses réserves naturelles s'amenuisent chaque jour. Ainsi, dès à présent elle a décidé de réduire de 35% ses exportations en 2011 et potentiellement l'arrêt des exportations en 2015. La volonté de la Chine est de soutenir l'économie intérieure en priorité, ce que dénoncent les états-unis.

Pourtant, il y a beaucoup de réserves de terres rares en Amérique du Nord. Mais l'extraction est excessivement néfaste pour l'environnement et couteuse. Par ailleurs la main d'œuvre est bien plus chère aux USA. La mise en place de structure d'extraction et de traitement de ces matériaux ferait lourdement augmenter le prix de celle ci. En conséquence, les états-unis préfèrent dénoncer la politique d'exportation et environnementale de la Chine plutôt que de mettre les pieds dans le plat.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Les matières premières: pénurie et spéculation"

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone