La guerre monétaire ne cessera pas

dollareuro

Depuis 2010, la guerre monétaire est déclarée. Il y a les agresseurs, les défenseurs, et ceux qui font le mal sans le vouloir. Le système d’échange mondial fait primer le libre-échange mais les outils monétaires nationaux et la suprématie du dollar, forcent des déséquilibres majeurs voulus ou non, entravant l’efficience du marché.

L’agression chinoise

La Chine est le principal acteur de la guerre monétaire, disons plutôt qu’elle est surtout la plus en faute. Le but de la Chine est de continuer à favoriser la croissance de son marché extérieur. C’est-à-dire, de conserver sa monnaie à un seuil bas face à ses acheteurs. Le problème, c’est que la Chine a une forte croissance, et naturellement le cours de sa devise devrait s’accroître, mais artificiellement, elle arrive à le maintenir bas. D’une part, c’est déloyal pour ce qui est de la répartition des échanges mondiaux, et d’autre part, c’est corrosif pour son économie intérieure.

En effet, pour faire pression à la baisse sur le cours du Yuan, la Chine force les exportateurs nationaux à convertir les dollars gagnés sur les exportations en Yuan au lieu de consommer en dollars. Ainsi, cela permet d’éviter la hausse du taux de change. Mais les surcharges de trésorerie forcément libellées en Yuan, ne peuvent être alors investies qu’en Chine. Donc les entreprises investissent dans l’immobilier, ce qui continu à nourrir la bulle chinoise.

Les USA font la guerre malgré eux

70 % des transactions dans le monde se font en dollar, la politique monétaire américaine a donc un impact international. Depuis 2008, la réserve fédérale propose une politique monétaire ultra expansionniste combinant, taux directeur à 0% et trois assouplissements quantitatifs, dont un en cour à ce jour. Or, on sait qu’une telle politique monétaire a mécaniquement tendance à déprécier la devise en question face aux autres.

On ne peut donc pas faire un procès d’intention aux USA, si ce n’est de déverser encore plus de dollars dans l’économie mondiale. La politique de la FED, n’est pas axée sur une baisse du cours du dollar, mais sur la relance monétaire seulement. La Chine et le Brésil déplorent néanmoins cette attitude depuis 2 ans. Le problème, c’est qu’avec la politique de taux d’intérêt à 0%, les investisseurs internationaux vont nécessairement chercher des rendements plus forts, et ils les trouvent chez les émergents. A ce moment-là, d’importants flux de capitaux accourent vers le Brésil par exemple, et donc la demande  enReal brésiliens augmente. Mécaniquement cela accroit le niveau du Réal, et donc défavorise les entreprises exportatrices brésiliennes face à la concurrence mondiale.

La défense suisse face à l’instabilité européenne

La Suisse, au sein de la zone euro et en forte interaction commerciale avec elle, se prémunit des dangers monétaires liés. Pour cela, la BNS (Banque Nationale Suisse), a choisi de forcer son cours face à l’Euro. En effet, on remarquera qu’elle intervient systématique au-dessous de 1.20. Le franc suisse est connu comme une devise refuge, et au sein d’une Europe vacillante, la Suisse craint de voir une monnaie surévaluée pénalisant son système exportateur.

Une incohérence mondiale

Le système monétaire mondial actuel est en dérive complète, de plus en plus, nous nous dirigeons vers un système monétaire à trois composantes, le dollar, l’euro et le yuan. Et sur deux de ces devises, les dérives s’accumulent déjà. Historiquement, les modèles à plusieurs cours de référence n’ont jamais été très fonctionnels, par exemple le bimétallisme au 19eme ou la livre Stirling et le dollar entre les deux guerres.

Il faut donc migrer vers soit une intégration générale et alors repenser le système monétaire mondial. Longtemps, nous nous sommes reposés sur les Etats-Unis dont l’efficacité n’était pas à prouver. Mais aujourd’hui, nous gageons tout sur la réserve fédérale américaine qui se laisse aller à des politiques expansionnistes comme jamais vu (40 milliards de dollars d’injection mensuelle). Historiquement, la guerre des monnaies précède la guerre tout court.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "La guerre monétaire ne cessera pas "

  1. Trader invité Alain

    Le gouvernement chinois pousse les exportateurs à acheter du Yuan plutôt que de conserver des dollars?
    Si ils vendent leur dollars pour des Yuan ils font monter le Yuan...Ou alors je n'ai pas bien compris

  2. Oui, c'est vrai :D Mais bon, disons que pour faire une guerre quelle qu'elle soit, il faut avoir de bonnes raisons. Enfin, c'était pour souligner que ce n'était pas un acte anodin.

  3. Trader invité Herdan

    Euh... Il n'y a rien sans raison... 8-s

  4. Oui, y'a pas de guerre sans raison ^^

  5. Trader invité Herdan

    D'un côté, "Toutes les guerres ont pour objet l'argent" - Socrate
    De l'autre, "L'argent, c'est le nerf de la guerre" - Tout le monde

  6. Trader invité jérôme

    "Historiquement, la guerre des monnaies précède la guerre tout court."

    par exemple l'attaque de wall street sur le deutch mark dans les années 30

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone