L'OMT de la BCE arrive en retard

mario-draghi

La Banque Centrale Européenne a l’habitude d’aborder timidement les rachats de titre de dettes des Etats, contrairement à la FED. Mais, en ce début de Septembre, Mario Draghi a dévoilé dans un communiqué de la BCE, une nouvelle méthode pour limiter les hausses de taux d’intérêts obligataires des pays en difficultés. Cette mesure sera l’OMT (Outright monetary transactions).

Une différence avec les QE américain

La politique de la BCE se veut en opposition avec celle de la Fed. En effet, même si toutes deux vont lancer des opérations de rachat de titre de dette, les modalités et les objectifs desservis sont clairement différents.

Côté américain nous pensions dans un précédent article que la FED soutiendrait probablement son économie par un nouveau QE. Et ce dernier est désormais officialisé  avec une injection de 40 milliards de dollars chaque mois. Cette mesure s’inscrit dans une politique d’expansionnisme monétaire liée aux mauvais chiffres économiques,  et notamment du taux d’emploi. Par ailleurs, cela permet de maintenir au plus bas les taux d’intérêt des émissions américaines, car vis-à-vis de l’état d’endettement des USA et des perspectives de dégradation de Moody’s, une hausse des taux plane sur les titre de dette.

La BCE n’agit pas du tout sur la même ligne, jusqu’à présent la politique de la zone euro a été un Policy Mix, mêlant austérité budgétaire et expansionnisme monétaire. Les rachats de titres jusqu’aujourd’hui avaient pour but d’accroitre aussi l’offre monétaire. Mais maintenant, la BCE nous propose une nouvelle version, l’objectif est seulement de limiter les hausses de taux d’emprunt des Etats à travers des rachats obligataires illimités. Ces opérations porteront sur des emprunts allant de 1 à 3 ans, le but est de permettre aux Etats de continuer des politiques de rigueur en conservant des taux stables. Le cercle vicieux de l’austérité est caractérisé par : les Etats sont trop endettés, ils réagissent en coupant dans les dépenses et en augmentant les impôts pour diminuer cela, cela pousse à affaiblir leur croissance, et donc leurs capacité de remboursement, donc accroit le risque et en conséquence fait grimper les taux. Maintenant, les Etats pourront poser des bases de politiques de rigueur dans un contexte d’emprunt bien plus stable.

La grande différence entre ces deux politiques, c’est que la BCE va stériliser son OMT. C’est-à-dire qu’elle retirera de la circulation, autant d’euros qu’elle injectera. Ce passera par des dépôts rémunérés des banques commerciales vers la banque centrale. Donc en clair, cette opération, n’est pas un énième coup de planche à billet et ne devrait donc pas créer d’inflation à moyen terme. L’objectif n’est donc clairement pas de soutenir la croissance, car pour cela il faudrait circuler les nouvelles liquidités.

Quel impact sur les taux ?

La simple annonce du plan (communiqué le 6 Septembre 2012, voir lien ci-dessous) a provoqué une baisse immédiate des taux sur les pays en difficulté de financement (Portugal, Espagne,…). Même si la BCE n’agira que sur des taux courts 1-3 ans, nous avons observé une baisse accélérée des taux longs à 10 ans. Par ailleurs ces derniers étaient déjà placés dans une tendance baissière depuis début 2012. C’est-à-dire qu’au niveau des taux d’emprunt, nous commençons à apercevoir une possible sortie de crise catalysée par l’OMT.

Mais attention, l’aide n’est pas pour tout le monde et reste conditionnée. Seuls les pays placés sous programme d’aide par le MES ou le FESF peuvent en disposer. Donc pour l’Espagne et l’Italie, ce n’est pas encore le cas et devront accepter la tutelle européenne. En clair, même si la BCE n’a aucun droit de regard sur les politiques nationales, les Etats seront quand même surveillés par d’autres instances.

En conclusion, la BCE réagit tout simplement en retard, cette mesure est certainement la bonne, mais une année avant. En effet, même si les taux sont encore hauts sur plusieurs pays, une baisse des taux s’est déjà amorcée depuis le début de l’année. Il dépend encore de savoir à quel niveau de taux, la BCE considère qu’il est nécessaire d’agir ou non.

Communiqué de la BCE

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "L'OMT de la BCE arrive en retard"

  1. Trader invité toto

    Ba si l'Europe était vraiment voulue par les peuples, et qu'elle offrait quelque chose de bon (je parle surtout de la monnaie euro, dont tout bon économiste sait qu'elle ne respecte pas les règles de base d'une bonne monnaie) elle ne se serait pas vu refusé en France par referendum… Avant d'être ratifié sous le forme du traité de Lisbonne.

    L'Europe au final est une Europe de technocrate, de ministres. Ce sont des gens bien loin des problèmes concrets que rencontrent les gens dans la vie de tous les jours… En cas d'incendie le feu ne les touche pas directement, pourquoi alors s'affoler pour éteindre le feu?

  2. Oui, mais je pense qu'on peut l'étendre à chaque chose que fait l'Europe, ça a toujours 6 mois de retard pour des problemes de consensus, d'elections et autres. Donc c'est toujours utile, mais on perd systématiquement en efficacité ^^

  3. Trader invité toto

    Il est vrai qu'il arrive tard.

    Mais il n'est pas trop tard pour qu'il serve!

  4. Justement, ce qu'on disait, c'est que c'est pas de la planche à billet mais plutôt une allocation stratégique des ressources monétaires en attente sur les dépots de la BCE ^^

  5. ok trés bien mais la question c'est l'origine et la source de l argent à injecter ???
    , sinon relancer la planche à billet càd la monnaie de singe càd du papier de toilette .......????
    il faut une solution à long terme au lieu de retouchage! ou des solutions prés à porter

  6. En fait, c'est potentiellement une mesure qui a un effet assez coercitif sur l'économie privée. Car, l'offre monétaire mobilisée pour les Etats et déduite de l'économie privée, c'est une sorte de mesure de rigueur en fait. Maintenant, ça pose pas de problème car les banques ont déjà déposé 300 Milliards à la BCE, donc la BCE peut les bloquer, et de cette manière, ça ne diminuerait pas en pratique la masse monétaire en circulation.

    Mais si, l'OMT devait prendre de l'ampleur (elle est iliimitée), là il se pourrait que la BCE demande aux banques qui lui vendent divers titres, qu'elles déposent les recettes de ces ventes sur un compte de la BCE qui serait bloqué. Donc voilà, pour l'instant ça va, mais ce qui va aux Etats ne va pas à l'économie privée, si c'est utilisé massivement, on risque se prendre une belle récession ^^

  7. Donc si j'ai bien compris, le plan consiste à injecter de la monnaie dans un pays, et la même somme en contre-partie sera placée par les banques commerciales de ce pays auprès de la BCE? Je trouve ça brillant, mais les banques commerciales accepteront-elles ça? Et est-ce un placement rentable pour elles plutôt que de placer cet argent sur les marchés financiers plus risqués comme elles l'ont toujours fait?

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone