Le coup de pouce au smic est négligeable

ac_jean_marc_ayrault_1200_01

L’observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a récemment réalisé une étude statistique sur l’impact de la hausse du SMIC de 2% réalisée au 1er Juillet par le gouvernement. Il semble alors que cette action soit  seulement symbolique.

Une hausse limitée

« Coup de pouce » est une expression peut être un peu ambitieuse, néanmoins la dernière hausse du SMIC remontait à 2006 et n’était que de 0.3%. Mais sur les 2% d’augmentation 0.6% seront réellement perçus par les salariés car le reste va à l’inflation. En effet, cela n’égaye pas les syndicats, ni même le patronat, néanmoins à défaut de ne pas faire beaucoup augmenter le pouvoir d’achat des bénéficiaires, il n’en fera pas perdre contrairement aux années précédentes.

Le modèle de l’OFCE.

L’outil économétrique utilisé par les experts de l’OFCE est classiquement, comme partout, le modèle à correction d’erreur vectoriel. Ce dernier prend en compte plusieurs variables explicatives et décrit le salaire moyen comme une fonction du SMIC, de l’inflation, de la productivité du travail et du chômage. Les résultats des estimations sont disponibles dans le rapport, ce qui nous importe c’est l’impact d’une hausse du smic dans l’augmentation du salaire moyen. Et le salaire moyen est peu élastique à la variation du SMIC (coef : 0.11). Cela signifie très simplement qu’une hausse du SMIC impacte peu le salaire moyen « général » et donc que cette hausse de 2% sera négligeable dans le salaire moyen.

Coût du travail trop élevé ?

Nous en parlons souvent, la France a un problème de compétitivité-coût qui est très mauvaise étant plombée par un coût du travail très élevé. La hausse du SMIC augmente nécessairement le salaire des employés et donc par essence le coût du travail. Nonobstant, il existe des allégements de charge sociales par tranche de décile pour les salaires inférieurs ou égaux à 1.6 fois le SMIC. Donc une hausse générale du SMIC crée par conséquent une baisse relative des charges sociales sur les salaires, ce qui équilibre la balance et limite fortement la hausse du coût du travail.

Par contre, si la compétitivité n’est pas trop touchée, les allégements de charges sociales sont financés par le contribuable et donc une hausse de ses allégements à un coût, les estimations de l’OFCE pour une hausse 1% du SMIC représente un surcoût de 700 Millions d’euros de dépenses publiques supplémentaires (ou plutôt de manque à gagner).

?img=http%3A%2F%2Fimg11.hostingpics.net%2Fpics%2F542132ofce

Le tableau extrait ici du rapport de l’OFCE montre les implications d’une hausse de 1% sur chaque décile du SMIC (par exemple la classe 1 représente le SMIC, la classe 2 représente 1,1% du SMIC,…). Et on voit ici clairement que la hausse du SMIC provoquera une forte hausse du coût du travail sur les plus bas salaires qui sera compensée par une baisse sur des salaires plus élevés. La conséquence, c’est qu’au final, le cout du travail n’étant croissant que sur les plus bas salaires, la hausse du chômage qui en découlera ne touchera que cette classe.

En conclusion, selon le modèle de l’OFCE, la hausse du SMIC de 2% devrait provoquer une perte d’emplois allant de 1900 à 2800 postes sur un an. Ce n’est pas catastrophique, mais dans un cadre économique où une relance par l’offre se fait attendre, ce coup de pouce n’apparait pas de très bon augure.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Le coup de pouce au smic est négligeable"

  1. Trader invité toto

    Pour moi tout cela vient du fait que nous avons une monnaie qui n'est pas adaptée à notre espace économique…

    L'€ est une monnaie forte pour la zone économique ou nous sommes (la France grosso-modo). Ceci crée un problème de compétitivité, qui a plus ou moins long terme force la délocalisation. Ceci implique le délocalisation des emploies. Ça veut dire chaumage. Donc moins de revenues pour l'état. Plus d'emprunt, pour boucher l'écart, donc plus de dette. Plus de dette veut dire plus d'intérêts qui n'auraient jamais du se présenter.

    Nous sommes rentrés dans une spirale infernal avec l'€. Aucun des deux candidats du second tour de la présidentielle n'est pour un changement de fond, alors que notre problème est bel et bien systémique… Ce que Hollande proposait c'est des mesurettes, pas de changement fondamental. Ce dont nous avons besoin n'est pas venu de précédent président et ne viendra pas du nouveau.

  2. Merci bien Roland
    justement les conditions de vie ne sont pas agréable et tous le monde en risque même l'Etat.

  3. Oui j'entends bien que pour des salaires bas, les conditions de vie ne sont pas spécialement agréables surtout que l'echelle sociale ne marche pas bien en France lorsqu'on commence à la base.

    Ce que je dis, c'est que sur la base des estimations de l'OFCE, le chômage induit par la hausse du SMIC (car oui, c'est tristounet mais lorsqu'on augmente le cout du travail, le chômage monte avec) se répercuterait principalement et justement sur les plus bas salaires et au lieu du SMIC, ils auront... le chômage. Après comme l'étude le montre aussi, le chômage induit sera marginal, mais ça coûtera à l'Etat.

  4. Trader invité smic-horaire

    Comme il a été dit dans l'article : le dernier coup de pouce n’égaye personne et tout le monde est mécontent: salariés et patrons, syndicats et patronats.
    Il faudrait quand même améliorer les niveaux de vie des bas salaires.
    l'historique des révalorisations du smic horaire sur : http://www.smic-horaire.fr/historique-smic-2005-2012

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone