Les transactions financières ne seront pas taxées

taxe

Il y a quelques mois de ça, le couple franco-allemand se voyait bien taxer les transactions opérées sur les marchés financiers mondiaux. Aujourd'hui; le G20 a coupé court l'herbe sous les pieds de ces derniers. Un rejet sans faille qui rassure nos chers investisseurs.

Une taxe sans utilité

L'idée était à la fois financière et idéologique, aux vues des flux de capitaux absolument dantesques transitant sur les principaux marchés actions, obligations et dérivés, en prélever ne serait-ce qu'un pour-cent aurait pu sauver la Grèce. Comme nous le disons, le but est double, d'une part faire payer les méchants financiers créateurs de la crise et d'autre part stabiliser et accroître les aides aux pays les plus pauvres.

Actuellement président du G20, Nicolas Sarkozy en a fait son cheval de bataille, de surcroît, ce dernier soutient l'idée de pérenniser l'aide aux pays pauvres grâce à cette taxe. C'est peut être une stratégie politique mise en place afin de s'en glorifier en cas de réussite et pouvoir s'affirmer un rôle important dans la politique économique mondiale. C'est une étonnante mesure pour un président spécialement orienté vers une politique de libéralisation de l'économie. Sans entrer dans la polémique, taxer les flux des plus grandes puissances pour assurer des aides à des pays extérieurs peut paraître quelque peu déplacé aux vues des niveaux d'endettement connus et notamment en Europe.

Un rejet sévère mais des perspectives européennes

Le G20 a massivement repoussé la proposition française, face à cette dernière, les délégations américaine, indienne, canadienne, britannique, japonaise et brésilienne ont voté contre. La perspective de pouvoir étaler cette mesure à un seuil mondial n'est donc plus d'actualité. Pourtant, sur une dimension globale cette taxe pouvait se justifier. 

Difficile d'arrêter le président français quand il se donne un objectif, ce dernier entend bien tenter sa chance une nouvelle fois en Europe, ce qui constituerait surement une grave erreur, cependant plus de 65% des européens soutiennent ce type de mesure. 

L'idée d'une telle taxe n'est pas nouvelle, celle ci a été développée par l'économiste James Tobin, depuis ce temps, on appelle cela une taxe Tobin. Même, si elle est défendue par de nombreux économistes, elle paraît très clairement inappropriée à la situation actuelle. Surtout qu'elle ne s'appliquerait seulement qu'aux marchés financiers européens. Il faut bien comprendre une chose, les marchés financiers proposent des biens très clairement subsituables. Cela signifie qu'une action américaine est potentiellement autant intéressante qu'une action française. Si on commence à rendre l'action française moins intéressante, les opérateurs se tourneront vers l'action américaine et donc les marchés des titres et des dettes européens perdront fortement en liquidité. Nous ne parlons pas non plus de l'incroyable développement des darks pools ces derniers temps, ce type de taxe ne ferait qu'accroître ces marchés parallèles. 

Ce que nous souhaitons dire c'est qu'une telle taxe ne peut s'appliquer qu'à l'échelle mondiale, la restreindre à une seule zone économique c'est la transformer en fardeau pour la région en question. Initialement prévue pour 0,1% sur les actions, c'est une somme non négligeable dans le sens où les courtiers se servent déjà assez bien au passage, on pense à certains qui touchent plus de 0,1% sur les droits de garde. La première intention du président français était bonne, dommage que cela ne soit pas passé, mais il ne faudrait pas qu'il persévère à l'échelle européenne car cela pourrait clairement porter atteinte à l'économie du vieux continent déjà en crise.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Les transactions financières ne seront pas taxées"

  1. Politique & manipulation sont intimement lié.
    Coluche disait:à la télévision on ne peux pas dire la vérité il y a trop de personnes qui regardent...

  2. De la simple manipulation pour obtenir plus de voix de personnes ne s'y connaissant que trop peu à ce sujet pour les prochaines élections. A ce stade ça frôle l'admiration tout de même.

  3. Oui, le temps qu'il arrive à la mettre en place, il sera peut être dans le bon timing pour ne pas voir les effets néfastes et à la fois pouvoir se vanter d'avoir réformer le système financier... Après, s'il fait un second mandat, il risque devoir s'expliquer là dessus quand les effets viendront. Le problème c'est qu'il est soutenu par l'Allemagne et au sein de la zone euro Sarkozy + Merkel = Pouvoir

  4. Comme tu le précise cette taxe ne peux s'appliquer qu'au niveau mondial.
    Cette pseudo volonté du chef de l'état à vouloir l'appliquer au sein de la zone euro n'est qu'opportunité pour les prochaines élections.
    En étant rejetée au niveau mondial elle ne s'appliquera jamais au sein de la zone euro et le chef de l'état le sait très bien,ses conseillers l'en ont forcément informé.

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone