Rejoindre la communauté

Les agences de notation dirigent-elles le monde ?

notation-grand

Déjà l'an dernier, les États européens s'insurgeaient des répercussions provoquées par le brutal  abaissement sur les notes des pays méditerranéens. Aujourd'hui, nous pensions la tempête passée, néanmoins comme nous le savons tous, récemment Standard & Poor's ne s'est pas privée d'enfoncer les États-Unis.

Pourquoi la note des États souverains est-elle si importante ?

La note sur la dette des États ou des entreprises  que donne les agences de notation sert à évaluer le risque de crédit. Plus la note est basse et plus le risque de défaut s'avère important. Dans ce sens, la note permet de donner un indice de fiabilité objectif aux investisseurs concernant leurs placements. 

Comme nous le savons, le risque se paye. Plus un placement est risqué, plus il s'avère rémunéré, c'est un des principes de bases de l'emprunt et de l'épargne :le coût du risque. Ainsi, les agences de notation ont le rôle de quantifier ce fameux risque, la note en est le résultat. En conséquence, plus la note est basse, plus le risque est fort en donc plus les intérêts sont élevés. Bien entendu, il va de soi que les pays préfèrent emprunter au taux le plus faible, et donc avoir la note la plus forte. 

Pour la première fois, nous avons pu expérimenter l'effet d'une dette trop forte dans une économie en difficulté. L'effet est sensiblement désastreux, nous parlons bien sûr du cas de la Grèce. Au fur et à mesure que les agences dégradaient la note, les taux longs obligataires grimpaient. Difficile de croire que ceux ci auraient pu atteindre plus de 17%, à ce niveau on pourrait plutôt parler de taux d'usure ou simplement de crédit revolving...

Un paramètre à prendre en compte par ailleurs, c'est la résidence des détenteurs de la dette en question. En effet, si la dette nationale est fortement détenue par des étrangers, les taux d'intérêts auront tendance à s'envoler bien plus rapidement. Par exemple, le Japon est dans une situation très difficile depuis plusieurs années, sa note auprès de S&P n'est que AA- et pourtant ses taux obligataires sont proches de 0. De la même manière, malgré une conjoncture très mauvaise les taux d'intérêts de la dette italienne n'ont pas beaucoup réagit car celle ci est détenue à plus de 60% par des résidents italiens.

Quelques critiques concernant les agences et leur image

Chaque mois, les agences dégradent la note de certains États, tout le monde s'en plaint et les gouvernements en première ligne. A force de discréditer les agences, on essaye de minimiser leur impact. A en croire la critique, il faudrait que chaque pays du monde soit muni d'un triple A immuable. Les agences notent, c'est leur travail, elles ne calculent quasiment rien, elles se servent des chiffres de l'OCDE ou du FMI pour baser leurs analyses. D'après Timothy Geithner, S&P s'est trompée de 2000 Milliards dans ses calculs, c'est donc le FMI qui se serait trompé de 2000 Milliards... 

On caricature les agences, partout dans les médias, elles deviennent « le diable financier moderne ». Malgré une puissance et un diversité économique importante, la situation des États-Unis est totalement déplorable. Lorsque l'on analyse la situation économique d'un pays, il ne suffit pas de dire que les États-Unis sont la première puissance mondiale pour affirmer que la conjoncture est bonne. On ne compare pas les pays entre eux, on compare la situation d'un pays aujourd'hui par rapport à celle d'hier, c'est la base même de l'indicateur de croissance. Dans ce sens, on constate qu'à cette heure, la nation aux 50 états ne va vraiment pas bien. Malgré une politique monétaire très souple, l'économie n'avance pas, les chiffres du chômage sont très clairement faussés (plutôt 15% que 9% en réalité) et à la fois mauvais. De surcroît, les récents événements montrent un pouvoir politique désuni et incapable de lutter contre la dette. Standard & Poor's a baissé la note, il me semble qu'elle aurait même pu le faire avant aux vues des très passables statistiques...

Un point clairement noir pour les agences, c'est les effectifs d'analystes. Standard & Poor's compte parmi elle seulement 100 analystes pour attribuer des notes à 136 pays. Le manque de personnel qualifié nuit très sérieusement à l'image de l'agence qui compte moins d'un analyste par pays. 

Un autre mythe populaire que l'on entend assez souvent ces temps ci, est celui de la conspiration spéculative. C'est à dire que les agences s'accordent pour faire plonger à pleine vitesse un pays et permettre aux différents fonds de spéculer  à baisse par différentes méthodes (CDS,...). En général, les agences informent des abaissements à des moments favorables. Pour les Etats-Unis, S&P a choisit le vendredi soir après clôture pour annoncer sa dégradation, si l'agence voulait faire un véritable krach, elle aurait pu envoyer la nouvelle à 14h30 en milieu de semaine. Au contraire, celle si s'est gardée d'envoyer les marchés par le fond en laissant aux grands dirigeants, le temps de trouver des solutions durant le week end...

Les agences de notation ne dirigent pas le monde, elles ne font que montrer les résultats des politiques de chaque pays. Les nations du monde sont encore souveraines par rapport aux agences. Dans le cas d'une perte de fiabilité de la dette, si celle ci est fortement étrangère, alors en effet la politique intérieure perd de son pouvoir. Mais le pouvoir perdu n'est pas donné aux agences, c'est aux investisseurs étrangers qu'il revient, il ne faut pas se tromper, ce sont les prêteurs qui exercent les pressions, pas les agences.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Les agences de notation dirigent-elles le monde ? "

  1. Critiquer les états-unis peut coûter cher :/
    http://shorturl.mobi-fr.com/sp

  2. Ouais c'est intéressant, en effet. Si la situation se dégrade encore sans que la note n'en pâtisse, l'OAT 10 ans montera naturellement, une dégradation ne fera que précipiter la chose ^^

  3. Quand nos créanciers sont les systeme d'affaires financier, forcement que nos politiques ne peuvent que ce plier à ce que veule leur créanciers.

  4. Après la crise interbancaire on reprochait aux agences d'avoir donné le triple A à tout le monde et aujourd'hui les mêmes leur reprochent de dégrader les notes des pays en difficulté. Ils étaient pourtant tous bien d'accord, dans un grand élan vertueux, que chacun s'interdise d'aller emprunter à sa banque nationale à 0%. Résultat, 40 ans d'inflation "maitrisée" et des dettes abyssales impayables sans croissance.
    Il me tarde de voir la tête de l'agence de notation européenne, la "machine ultime" à rassurer les marchés...
    Bon article.

  5. Article une fois de plus très intéressant ,
    cependant je bloque sur le titre "Les agences de notation dirigent-elles le monde ?"
    j'aurais remplacer dirigent par influence.
    Juste peut-être un différence d'appréciation après ce n'est que mon point
    de vue d'amateur :)

  6. Merci pour ta réponse. Ca va un peu dans le même sens que ce que je pensais, on a pas de preuves mais vu les enjeux c'est difficile de penser qu'il n'y a pas au moins un peu d'influence.

    Quand on voit qu'il y a une agence de cotation Européenne en projet on peut penser qu'on est pas les seuls a avoir quelque doute sur leur impartialité :).

  7. Bonjour,
    Effectivement, S&P et Moody's sont détenues aux USA mais je crois que Fitch elle, est sous gouverne d'une holding française (Fimalac?). C'est difficile de juger l'impartialité des agences, mais vraisemblablement je pense (c'est très subjectif) que les agences ont plus de facilités à dégrader des états européens que les Etats-Unis. Il faut dire aussi que, la Grèce, le Portugal, etc sont de petits pays et la décision parait plus "aisé" que de faire tomber la plus grande nation du monde. Néanmoins, les agences travaillent dans le secteur privé, il ne serait donc pas difficile de magouiller ça et là en temps de crise ^^

  8. Article assez intéressant, il permet d'avoir un vison moins stéréotypée des agences.

    J'ai cependant une question.
    Si je ne me trompe pas les agences sont souvent américaine. N'existe-il pas dès lors une plus grosse sévérité vis a vis des pays européen par exemple que vis à vis des USA.
    Je m'étonne moi aussi par exemple que la note des USA ne soit dégradée que maintenant.

    Bref je voulais votre avis sur leurs impartialités car je me suis souvent posé la question.

  9. Oui, je voulais pas faire une éloge des agences non plus. C'est juste pour éviter de tomber dans des stéréotypes. Je prenais seulement les cas des dégradations. Ensuite effectivement, les comportements des agences en temps de paix peut laisser à désirer, les agences sont des institutions privées et donc cherchent un maximum de profit, ce qu'elles ont fait en ce temps ne reflète simplement que le comportement de l'ensemble des agents financiers. C'est à dire, un raisonnement bête et purement empirique, du style "tout va bien, donc tout ira bien" à ce moment où la finance providence paraissait infaillible.

  10. Ceci dit l'intégrité des agences de notations laisse parfois à désirer. Comme le montre le documentaire "Inside Job" ou les agences de notations sont clairement montrer du doigt pour avoir comploter avec les banques/assurances/gouverneurs en affichant des notes AAA pour des produits dérivés de type "subprime", produits qui étaient très bien connus de tous et que tous les initiés jugeaient comme "très risqués".

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone