Les marchés financiers s'agitent sur un fond de rumeurs économiques

rumeur2

Depuis Vendredi dernier les marchés s'affolent, le cac40 plonge tout comme les autres indices de la zone euro. Si hier de nombreux analystes étaient plutôt favorables à la croissance de l'Euro, aujourd'hui les rumeurs qui circulent pourraient bien leurs tordre le cou.

 

La chute lancée par Moody's

Bien qu'en situation de range, l'euro semblait tenir la route dans une tendance de fond plutôt haussière. Néanmoins depuis environ une semaine les choses ont changé, en effet en dégradant massivement la note du Portugal, Moody's pouvait être sûre qu'elle lancerai une vague baissière sur les cours de la paire majeure du Forex. Une baisse de 4 crans sur la note portugaise à eu plusieurs fois l'occasion (et la volatilité en témoigne) de nous afficher un prémisse de scénario à la grecque.

En effet, si la crise de 2009 a fait plonger brutalement et sans appel les cours de l'euro, les opérateurs ont compris aujourd'hui la leçon. La mise en scène était quelque peu la même, désormais les marchés sont avertis et les rumeurs vont bon train. S'il y a dix jours la situation économique de la zone euro n'était pas meilleure qu'à l'heure actuelle, le seul vent du doute suffit à terrasser les cours et de l'euro et des indices européens.

 

Un mouvement qui s'entretient lui même

Le seul véritable fait économique (et encore peut être contestable) c'est la dégradation de la note portugaise. Le reste, c'est à dire : le risque de défaut grec et la lenteur italienne ne sont pas des événements nouveaux. Simplement on réchauffe tous les plats en espoir que le repas des ours européens n'en soit que meilleur.

Il est vrai que la situation Grecque est on ne peut plus déplorable, les dirigeants ont clairement avoué qu'un défaut partiel du pays ne serait pas improbable. Effectivement, un événement de crédit comme celui ci mettrai du plomb dans l'aile européenne, néanmoins cela commence à faire un an que le problème couve et aujourd'hui on le replace sur la scène pour favoriser la spéculation sur la chute de l'euro.

La Grèce et le Portugal sont tout de même de petits pays, quoi qu'il arrive, l’Eurogroupe et le FMI pourront toujours trouver des plans d'aides. Le réel problème reste l'Italie, sa dette relative est une des plus fortes du monde avec 120% de PIB, et souffre de surcroît d'une économie au ralentie. Les économistes la jugent même la moins efficace des pays développés. En effet, la croissance de la péninsule n'a pas dépassé les 0,1% au dernier trimestre alors que la France faisait dix fois plus et la Grèce huit fois plus.

L'Italie ne pourrait pas être sauvée par la zone euro en cas d'un événement de crédit. Effectivement, les pays de la communauté ne sont tout simplement pas en capacité de proposer un aide à un pays d'une telle envergure. Une chute de l'Italie remettrait en cause l'ensemble de la zone euro, si l'Italie devait sortir pour pouvoir dévaluer sa monnaie, la contagion se propagerait aux autres états endettés.

En conclusion, on retiendra un marché très mouvementé sur les fondamentaux. Fondamentaux pas forcément très différents de la veille mais surtout médiatiques, une somme d'annonces a réussit à effondrer le cours de l'euro qui aujourd'hui reprend une santé sur fond de rachat de positions.

Articles sur le même sujet

Réagissez à cet article forex "Les marchés financiers s'agitent sur un fond de rumeurs économiques"

Aucun commentaire pour le moment. Soyez le premier à donner votre avis!

Ajoutez un commentaire

Trader invité Poster en tant que Invité
optionnel: vous recevrez les réponses suivantes par email (ne sera pas affiché sur le site)
Test anti-spam cette vérification apparaît car
vous n'êtes pas identifié sur forexagone